Les primes des dollars or américains

Reconnaissables à l’aigle – ou plutôt au pygargue à tête blanche – qui les orne, les dollars or américains jouissent d’une demande soutenue de la part des investisseurs mais également des collectionneurs qui y voient un intérêt historique.

Quelles primes pour les dollars or ?

Les investisseurs sont quant à eux, plus sensibles à la prime caractéristique de ces pièces. A titre d’exemple, la prime de la pièce de 10 dollars or, aussi appelée Eagle se rapproche de celle de la pièce de 10 Francs Napoléon, donc considérée comme volatile et indiquée dans le cas d’un investissement à but spéculatif plutôt que de protection d’une épargne.

La pièce de 20 dollars or – mieux connue sous le nom de Double Eagle parmi les connaisseurs – se caractérise quant à elle par une prime moins volatile et sera donc appropriée à la protection d’une épargne. Enfin, la pièce de 5 dollars or, à laquelle on fait référence comme Half Eagle bénéficie également d’une prime proche de celle la pièce de 10 Francs Napoléon. Ces primes ont été déterminées sur les variations récentes des cours, elles sont donc sujettes à évolution.

Histoire des dollars or

Certaines pièces se négocieront à des prix supérieurs du fait de leur rareté. Ceci s’explique en partie par l’arrêt de la production des dollars or en 1933, ce qui donna lieu à de nombreuses refontes. Près de 445 500 exemplaires finirent ainsi dans les fourneaux suite à la décision de Franklin Roosevelt de limiter l’accumulation de l’or chez les particuliers.

Cette mesure avait été motivée par la crise de 1929, elle interdisait alors aux particuliers de détenir de l’or, purement et simplement. Seules quelques Double Eagle échappèrent à cette refonte massive, le roi Farouk d’Egypte parvint d’ailleurs à en obtenir une en tant que collectionneur et numismate chevronné.

En 1934, une parité fixe fut introduite c’est ainsi que le dollar fut adossé à l’or, une once d’or valait alors 35 dollars de l’époque et devait instaurer une certaine confiance entre particuliers et monnaie fiduciaire (du latin fiducia : confiance) il s’agissait en fait des billets de banque.

Retournement de situation étonnant : près d’un siècle plus tard, les particuliers sont actuellement en train de perdre la confiance qu’ils éprouvaient à l’égard de la monnaie fiduciaire et se tournent à nouveau vers l’or…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *