La pièce de 20 dollars: un investissement judicieux ?

Chaque pièce comporte des éléments différentiants des autres pièces, il serait donc présomptueux de les considérer comme identiques. Aussi, certaines seront plus appropriées pour l’investissement, d’autres pour le placement, à court ou long terme.

A bien des égards, l’investissement dans l’or peut s’avérer passionnant au même titre que la numismatique, il partage d’ailleurs plusieurs critères de détermination de la valeur de la pièce. A commencer par l’offre et la demande dont la pièce fait l’objet, gardons d’ailleurs à l’esprit que l’offre et la demande sont elles-mêmes déterminées par d’autres facteurs et justifient l’existence de la cotation qui en est la partie tangible. Les critères les plus évidents sont objectivement la rareté et l’ancienneté de la pièce, bien que l’ancienneté ait souvent plus de poids dès lors qu’il s’agit de numismatique.

Toutefois, se cantonner à ces deux seuls critères reviendrait à simplifier ce qui détermine l’offre et la demande, il est important de citer sa provenance, l’atelier où la pièce a été produite ainsi que le graveur et l’esthétique générale de la pièce. Pourtant, d’autres critères plus pointus encore seront susceptibles de conférer une valeur inestimable à la pièce. C’est notamment le cas en ce qui concerne la pièce de 20 dollars frappée à l’atelier de Denver en 1927. Il n’en subsiste que quelques exemplaires et pour cause, le président Roosevelt avait fait refondre la quasi-totalité de ces pièces après qu’il ait fait supprimer le système de l’étalon-or.

Récemment, un exemplaire a été vendu à 2 millions de dollars par la société d’enchères Heritage Auction. Les quelques pièces qui ont survécu à cette refonte d’envergure se distinguent du fait du petit D visible sur l’avers au dessus de la date de frappe de la 20 dollars.

Parallèlement, il est important de savoir ce qu’est la prime car elle reflète également l’offre et la demande générées par la pièce. La prime est en fait la différence entre la valeur intrinsèque de la pièce (la quantité de métal précieux qui la constitue) et le prix auquel elle va être négociée sur le marché.

Ainsi, la pièce de 20 dollars est réputée pour avoir une prime relativement stable bien qu’elle soit caractérisée par une légère surcote du fait de l’engouement qu’elle suscite chez les investisseurs et collectionneurs. C’est pourquoi sa prime oscille entre 20 et 25% depuis 2009 avec un haut important remarqué en 2008, elle sera donc propice à un placement à long terme du fait de sa prime stable.

Au contraire, la pièce de 10 dollars, au même titre que la 10 Francs Napoléon bénéficie d’une prime volatile plus adaptée à un placement à court terme car les variations dont sa prime fait l’objet permettent de spéculer sur de courtes périodes. En témoigne le haut atteint par sa prime entre janvier 2007 et juillet 2009, soit 115%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *