Or physique : huitième hausse la plus importante depuis 1968

C’était attendu : janvier 2018 devait être le mois du rebond selon les analystes comme c’est le cas depuis plus d’une décennie sans que l’on ne puisse faire plus que présumer pourquoi. Ainsi, l’or physique aura enregistré des hausses sur pas moins de 10 séances sur 11, ce qui constitue la huitième période de hausses successives la plus importante depuis 1968, soit un demi siècle, ce qui n’est pas rien vous en conviendrez !

L’once de métal jaune a donc dépassé les 1300 dollars, s’établissant à 1314,60 dollars au cours de Londres mercredi matin, soit un plus haut depuis la mi septembre. L’or a par conséquent enregistré 5,9% de gain depuis le 14 décembre, date de début de cette période de hausse, une telle tendance n’avait pas été enregistrée depuis le mois de février 2016, quasiment deux ans auparavant.

Il est intéressant d’observer une telle hausse tandis que les crypto-monnaies génèrent toujours le même engouement. A croire que les détracteurs qui voyaient déjà l’or physique mort et enterré font – pour l’instant – fausse route.

Pourtant, ces nouvelles venues, que beaucoup qualifient de bulle ne semblent pas prêtes à éclater. A l’inverse, elles pourraient traduire une réelle prise de conscience et un ras-le-bol de la politique des banques centrales de la part des citoyens où qu’ils se trouvent dans le monde, car ces devises n’ont jusque là pas de frontières. Peut-être assisteront nous prochainement à la fin de la monnaie-papier, de l’Etat-providence et des dettes qui le caractérisent.

L’année 2017 était déjà considérée comme satisfaisante pour l’or physique mais 2018 semble démarrer sur les chapeaux de roue et pourrait bien supplanter 2017. Gageons que l’or va poursuivre sa progression par rapport aux monnaies papier et particulièrement face au dollar déjà déclinant en 2017.

Quant à l’homologue gris de l’or physique, ses performances ne sont pas égales à celles de l’or mais l’année 2018 pourrait bien être porteuse d’espoir. En effet, l’inflation guette – en témoigne la posture adoptée par la Fed – et l’argent est connu pour prospérer dans les périodes inflationnistes, du fait de l’augmentation de la demande des particuliers désireux de préserver leur pouvoir d’achat.

En conclusion : à peine débutée, l’année 2018 s’annonce fructueuse pour les métaux précieux et leurs détenteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *